Karine Lalieux, de l'audace et des convictions

Prolongation de Doel 1 et 2 : le gouvernement MR/N-VA fait un choix purement idéologique et qui n’est pas sans danger !
Prolongation de Doel 1 et 2 : le gouvernement MR/N-VA fait un choix purement idéologique et qui n’est pas sans danger !

Le gouvernement MR/N-VA a décidé de prolonger pour dix années supplémentaires les deux réacteurs vieillissants de Doel 1 et 2. Une volte-face d’autant plus incompréhensible alors qu’il y a tout juste un an, le MR, le VLD et le CD&V avaient soutenu la politique du gouvernement Di Rupo de sortie progressive du nucléaire, en votant la fermeture de Doel 1 et 2 pour 2015.

Pour le groupe PS de La Chambre, il s’agit d’un choix purement idéologique qui ne repose sur aucune stratégie cohérente !

Un choix dangereux.

Ce retour en arrière est décidé dans la précipitation au mépris de la sécurité de la population et de notre environnement. Les récents événements l’ont prouvé : le nucléaire n’est pas à l’abri d’un accident et représente un danger potentiel. Karine Lalieux s’étonne de ce revirement : « comment peut-on encore accorder une confiance aveugle au nucléaire après la catastrophe de Fukushima, après les fissures à Tihange 2 et Doel 3, après le sabotage de Doel 4? »

Le groupe PS en appelle donc à la plus grande vigilance en termes de sûreté nucléaire. « Les stress tests réalisés dans toutes les centrales après Fukushima ont démontré que de nouveaux investissements étaient nécessaires pour garantir la sécurité de Doel 1 et 2. Or tous ces travaux n’ont pas encore été réalisés »
s’inquiète Karine Lalieux. « L’Agence de sécurité nucléaire a également posé une série de conditions pour l’éventuelle prolongation de ces deux centrales : elles ne sont toujours pas rencontrées et encore moins validées. Le gouvernement persiste pourtant dans sa course à la prolongation ! » Pour le PS, il est totalement impensable, pour la sécurité de la population, de prolonger ces réacteurs nucléaires sans avoir l’assurance formelle que l’ensemble des travaux de sécurité seront préalablement réalisés !

Un choix qui paradoxalement, met en péril notre sécurité d’approvisionnement.

La prolongation de Doel 1 et 2 est un mauvais signal lancé par le gouvernement MR/N-VA: pour Karine Lalieux, « prolonger Doel 1 et 2 ne résout rien : si le gouvernement ne montre pas dès à présent la voie pour préparer la sortie du nucléaire, qu’arrivera-t-il en 2025 lorsque tous les réacteurs devront fermer ? Nous annoncera-t-on une nouvelle prolongation de 10 ans ? » Il est pourtant nécessaire de tracer une vision stable et à long terme. « Si certains politiques changent de position tous les ans, il deviendra très difficile d’attirer de nouveaux investisseurs en Belgique pour assurer notre transition énergétique » souligne Karine Lalieux. Le gouvernement Di Rupo avait pourtant fixé un cadre clair pour garantir cette transition : développer un mix énergétique fondé sur le gaz et le renouvelable. Des mesures concrètes avaient alors été décidées : soutien aux centrales au gaz, développement de l’éolien offshore, mise en place d’une réserve stratégique…

Un choix qui engendre un coût important pour les consommateurs belges. Karine Lalieux s’inquiète des coûts importants que génèrera cette prolongation: « la facture pour les consommateurs sera de 700 millions d’euros minimum, pour une prolongation de 10 ans seulement ! Pourquoi ne pas investir cette somme importante dans des solutions d’avenir ? ». C’est en effet autant d’argent qui ne sera pas investi dans des alternatives concrètes comme la réduction de la consommation d’énergie, les énergies renouvelables ou la construction de nouvelles unités au gaz…

Permalien | Commentaires {0} 18 Décembre 2014

1 2 3 4 5 » ... 1064



Prolongation de Doel 1 et 2 : le gouvernement MR/N-VA fait un choix purement idéologique et qui n’est pas sans danger !

Le Centre de défense sociale de Paifve est oublié par le Ministre de la Justice

Journée mondiale de lutte contre le sida

« La violence verbale aussi, ça fait mal »

Vous avez dit concertation ?

Il y a un an, Marie-Christine Marghem votait la fin du nucléaire. Aujourd’hui, elle fait marche arrière !

Le gouvernement MR NVA : des mesures profondément injustes et inefficaces

Le Fédéral a fait le choix de désinvestir ses institutions culturelles et scientifiques

Un Gouvernement aveugle et sourd !

1 2 3 4 5 » ... 119



Libération d'Ingrid Betancourt depuis Bruxelles
Défilé 1er Mai 2010 rue de Laeken
Ordre de Manneken-Pis
Avec Freddy Thielemans pour les Communales 2006
Karine Lalieux
Intermedias.JPG
Manifestation contre la peine de mort
Avec Philippe Close
Campagne communale 2000 à Bruxelles
unnamed-1
Ouverture de la Gay Pride 2008
Meyboom 2012






10/12/2014

Abus sexuels : l’Église a déjà versé 2,3 millions €

Abus sexuels : l’Église a déjà versé 2,3 millions €
DH 10 DECEMBRE 2014 : Abus sexuels : l’Église a déjà versé 2,3 millions €

Créé en 2012, le Centre d’arbitrage en matière d’abus sexuels a déjà permis de régler 423 conciliations entre l’Église et des victimes d’abus sexuels. Au total, l’Église a déjà versé 2.298.501 € à ses victimes ayant renoncé à une procédure judiciaire. Les montants des indemnisations octroyés aux victimes varient, logiquement, selon les cas. La majorité des indemnisations ne dépasse pas 5.000 € (240 victimes). 179 victimes ont reçu entre 5.000 et 10.000 € et sept ont reçu entre 10.000 et 25.000 €.

Ce Centre, dont l’objet premier est de permettre aux autorités de l’Église "de concrétiser leur volonté d’indemnisation" des victimes d’abus sexuels, avait reçu 621 requêtes en 2012. Cette année-là, le Centre d’arbitrage permanent n’avait néanmoins pu traiter que 31 dossiers, dont 30 ont abouti à une conciliation. Le Centre d’arbitrage est passé en seconde dès l’année suivante, avec 234 conciliations et 22 décisions d’irrecevabilité. Plus en détail, les conciliations règlent les demandes d’hommes (343 demandes contre 80 venant de femmes) parlant néerlandais (286 conciliations en néerlandais contre 136 en français).

Présidente de la Commission abus sexuels, Karine Lalieux (PS) présentera le rapport intermédiaire ce mercredi à la Chambre. Selon l’élue socialiste, le Centre a désormais pris son rythme de croisière : "Depuis sa création en 2012, le Centre d’arbitrage a recueilli 628 demandes dont 500 ont été traitées au 31 octobre dernier", précise-t-elle.


La suite de l'article ici : http://www.dhnet.be/actu/faits/abus-sexuels-l-eglise-a-deja-verse-2-3-millions-548769fc35707696bb03e1ca

Bilan de mon activité parlementaire

Bilan de mon activité parlementaire
Cette législature n’aura finalement duré que deux ans ! Malgré cette courte période, de nombreuses avancées ont pu être concrétisées. Notamment, dans les matières dont je m’occupe depuis très longtemps comme la protection des consommateurs, les banques, les assurances, le pouvoir d’achat, l’énergie ou encore les entreprises publiques autonomes.

Des progrès importants ont également été réalisés sur des sujets éthiques mais aussi en matière d’égalité entre les hommes et les femmes. Je reste consciente que beaucoup reste à faire pour les citoyens, et que la crise n’a épargnée personne. Mais la réalité belge se traduit par une coalition gouvernementale où se retrouvent la droite et la gauche, ce qui ne permet pas d’améliorer le quotidien des citoyens aussi vite et aussi bien que je le souhaiterais.

Le bilan ci-joint ne concerne que les avancées dans les commissions où je siège et pour lesquelles j’ai déposé des propositions de loi (commissions économie, infrastructure, émancipation sociale). Je reviendrai par ailleurs dans un autre billet sur le bilan de la Commission spéciale sur les abus sexuels que j'ai eu l'honneur de présider.

bilan_karine__1_.pdf Bilan-Karine (1).pdf  (232.63 Ko)

09/04/2014




RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile