Karine Lalieux, de l'audace et des convictions

Ministre de l’Energie : beaucoup de bruit pour rien
J’ai posé quelques questions ces derniers quinze jours en Commission Economie à la Ministre en charge de l’Energie.

En effet, depuis des mois, la Ministre annonce des projets de loi sur une série de dossiers énergétiques. Elle nous répète à l'envi qu’elle a chargé son équipe d’étudier tel ou tel dossier.

Par exemple, sur les moyens de diminuer les surcharges qui pèsent actuellement sur les entreprises en matière d’électricité.

Je lui ai donc demandé si ce dossier avait avancé, comment elle pensait diminuer leurs factures d’électricité sans faire peser ces reports sur les consommateurs privés. Force est de constater que la Ministre, après maintes explications, n’a pas avancé d’un centimètre sur la question. Ce dossier est complexe, je ne le nie pas. Entre les consommateurs industriels, les consommateurs résidentiels et les tarifs sociaux, un fragile équilibre doit être trouvé.

Mais les effets d’annonce commencent à fatiguer autant les consommateurs que les parlementaires.

De même pour le financement du service de médiation de l’énergie, la Ministre ne cesse de reculer l’échéance qu’elle a pourtant elle-même fixée pour une reformulation des moyens de financement de ce service important.

Autre sujet, le soutien à l'éolien offshore: le 20 novembre 2015, un communiqué de presse de la Ministre annonçait un accord au sein de gouvernement sur la révision de la subvention des parcs éoliens offshore. Et ce n'est que 10 mois plus tard qu'elle vient avec un projet de loi. Projet qu'elle essaie de faire passer un "stoemelings" par des amendements à une loi budgétaire (qui n'a donc rien à voir avec le domaine énergétique). Prise la main dans le sac, elle doit se raviser.

Ce n'est pas tout ! Au même moment où le MR lance sa campagne #stopaladesinformation ou sa variante #stopauxmensonges, celui-ci est pris en flagrant délit...de désinformation.

Dans une campagne via Twitter, le MR fait croire que le consommateur gagnerait 55 euros grâce aux nouvelles dispositions de la Ministre de l’Energie en matière d’offshore. 55 € par mois ? par an ? Et bien non, il s'agit de 55 euros sur les 19 ans de la concession soit 2,1€ par an

Omettant de dire par ailleurs que sur la même période de 19 ans, l'augmentation de la TVA sur l'électricité de 6% à 21% coûtera au consommateur en moyenne 2000 € !

Alors qui a menti? Qui touche directement au pouvoir d'achat des ménages?

Beaucoup de bruit pour rien, encore une fois !

Ces quelques petits exemples montrent, s’il devait encore en être besoin, l'incapacité de la ministre à mener à bien des dossiers pourtant fondamentaux. On pourrait en rire mais ce sont les consommateurs, les entreprises et le secteur qui pâtissent directement de son incompétence. Et ça c'est inadmissible.

Permalien | Commentaires {0} 1 Juillet 2016

1 2 3 4 5 » ... 1099




PS&Love : Egalité pour tous les genres par ps_belge

Des solutions plus justes sont possibles - TVA... par ps_belge


Ozark Henry et le Japon invités d'honneur de l... par dh_be

Karine Lalieux en campagne électorale par Le_Soir



Ministre de l’Energie : beaucoup de bruit pour rien

Démantèlement de notre patrimoine culturel: la N-VA à l’œuvre

Un pas vers plus de justice pour les victimes d’abus sexuels au sein de l’Eglise en Suisse comme en Belgique

La Belgique : seule contre tous pour rejeter la taxe sur les transactions financières

Pour sortir l'IVG du code pénal et étendre le délai légal de sa pratique

Le gouvernement est pieds et poings liés à Electrabel/Engie

Egalité homme-femme même sur les biens de première nécessité !

Prolongation Doel 1 et 2 : la majorité MR/N-VA agit en valet d’Electrabel

Neder-over-Heembeek tient son centre culturel

1 2 3 4 5 » ... 123



Avec l'équipe de Tic Tanneurs
Libération d'Ingrid Betancourt depuis Bruxelles
Fresque de HMI rue du Chêne
Meyboom 2012
Meyboom 2012
Débat sur la crise financière avec Ch.Picqué, A.Miller et Ph Van Muylder 17 janvier 2009
Devant le char PS avec Paul Magnette
TITREINDEX
Amnesty International
Défilé 1er Mai 2010 rue de Laeken
Meyboom 2012
Devant le char PS avec Elio Di Rupo, Fadila Laanan et Rachid Madrane




02/06/2016

Quel avenir pour le Musée royal de l’Armée ?

Cette semaine en commission de la Défense, j’intérrogeais le Ministre sur l’avenir du Musée royal de l’Armée et de l'Histoire militaire (MRA)

Quelle ne fut pas ma surprise quand à la place de répondre à ma question le Ministre a présenté sa réforme des parastataux de la Défense. A savoir le MRA, Institut National de Géographie, l’Institut des Vétérants (INIG),…

Réforme qui a été présentée au Kern la semaine dernière. Les économies linéaires imposées à tout les secteurs publics sont évidemment à la base de cette réforme. Même si le Ministre s’en défend et parle de rationalisation, de modernisation et de meilleure gestion.

Cette réforme comme tant d’autres portées par ce gouvernement de droite a été réalisée sans concertion avec les travailleurs et leurs représentants. Or nous savons que de nombreux postes ne seront pas remplacés. Mais cela importe peu au Ministre.

Autre inquiètude, c’est l’avenirdu Musée et de ses collections d’une grande valeur et uniques en Europe. Même si le Ministre a affirmé que les collections étaient indivisibles, il n’a pas caché qu’elles pouvaient être dispatchées à travers le Pays. Or nous savons qu’aucun inventaire complet des joyaux du musée n’a été réalisé…

Par ailleurs, nous savons que le musée est dans un piteux état, que de nombreuses salles ont été fermeés et que de nombreuses pièces de collections ne sont plus exposées. Bon prétexte pour dissimés les pièces.

Par ailleurs, le Ministre a expliqué que le musée sera rénové grâce à un partenariat public/privé. Mais sans montant, sans timing,… est-ce là le début d’une privatisation des collections ? Aucune réponse mais de nombreuses craintes…

Quant à la question de savoir si les avions et les chars (pièces majeures du musée) resteraient à Bruxelles, je n’ai obtenu aucune réponse.

Il en a été de même pour ma question sur le déménagement prévu de l’Institut National Géographique qui aujourd’hui est situé à Bruxelles, à La Cambre. J’ai demandé au Ministre qu’il reste sur Bruxelles mais là aussi silence radio.

Ce dossier montre comme de nombreux autres le peu d’interét de la NVA et de ce Gouvernement pour les institutions culturelles et scientifiques fédérales en général et pour Bruxelles et son rayonnement en particulier.

Découvrez la newsletter Culture de la Ville de Bruxelles

Découvrez la newsletter Culture de la Ville de Bruxelles
Découvrez la newsletter Culture de la Ville de Bruxelles !

Grâce à celle-ci, chaque mois, vous serez tenus informés de l’actualité culturelle de la Ville : initiatives, événements, appels à projets, offres d’emplois, etc. Cette lettre d’information, simple d’usage, vous permettra de parcourir les différentes brèves et d’en savoir davantage grâce aux liens utiles.

Abonnez-vous ici





RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile