Karine Lalieux, de l'audace et des convictions

La notion toute relative de l'exception culturelle pour le Gouvernement MR/NVA
C’était en novembre dernier. Souvenez-vous: après l’annonce des importants restrictions budgétaires que la Suédoise voulait imposer aux institutions culturelles fédérales, les réactions unanimement négatives n’avaient pas tardé…

S’en était suivi une bataille au sein même du gouvernement fédéral. D’un côté, Elke Sleurs et ses (dé)mesures d’économie, de l’autre, Didier Reynders qui s’était avancé, avant même un accord au sein du gouvernement, sur “l’exception culturelle”… A l’époque déjà, tout cela n’avait pas fait très bonne figure mais c’était terminé par un relatif “happy end” puisque Didier Reynders semblait avoir imposer son “exception culturelle” à sa collègue Sleurs et au Gouvernement. Chacun était alors retourné à ses activités, les artistes à leur création, les programmateurs à leurs projets…

Mais finalement en matière d’exception culturelle, il n’en aura jamais été question pour le Gouvernement MR/NVA.

Comme l’annonce le Soir de ce mercredi, entre 2014 et 2019, les institutions fédérales culturelles et scientifiques - comme la Bibliothèque Royale, les Musées royaux d’art et d’histoire ou le Musée de l’Afrique centrale - connaîtront bien une perte de 16% de leurs moyens pour un total de plus 20 millions d'euros.

Face à ces économies drastiques, c’est l’essence même de leurs missions que ces institutions ne pourront plus remplir: celles de prise de risque, de projets novateurs, de porteurs de mémoires et de cette spécificité humaine qu’est l’Art!

Mais ces coupes sombres ne sont pas étonnantes pour ce gouvernement dominé par la NVA. D'abord parce que depuis des années ce parti séparatiste remet en cause les institutions culturelles fédérales estimant que cette matière est de la compétence des Communautés. La Flandre est d'ailleurs prêté à faire main basse sur le patrimoine fédéral. Ensuite parce que leur seule ambition est de diminuer les dépenses des institutions publiques quelques soient les conséquences pour les citoyens et les collaborateurs.

Je m’insurge à nouveau contre ces décisions et contre le double langage qui voudrait tromper les gens ! Mais personne n’est dupe !

Mais ce mot ne doit pas être mal interprété: je ne m’étonne en rien de ces décisions. Les politiques de droite n’ont jamais défendu le moindre épanouissement culturel ni la moindre accessibilité de tous à l’Art et au patrimoine. Elle n’a jamais voulu soutenir la moindre vision porteuse de sens pour la société que nous offrent tous les artistes qui composent notre Belgique!

Cerise sur le gâteau, le gouvernement veut faire passer la pilule à force de “dotation exceptionnelle” en 2015. Celle-ci résume bien la vision du gouvernement : aucunement structurelle, elle a vocation à n’être versée qu'une seule fois. Elle ne pourra donc servir qu'à des mesures à effet unique et non à des mesures à long terme (comme un emploi à durée indéterminée) - aucune vision, vous disais-je….

Pourtant, toutes les études économiques démontrent que la culture c'est aussi de la création de richesse et un pôle de développement important pour les pays européens... Inaudible sans doute pour ce gouvernement ultra libéral.

Liberté, créativité, épanouissement, ouverture, partage, pont, dialogue tout ce qu'incarne la culture et tout ce que met à mal ce gouvernement. Triste mais je me continuerai à me battre au Parlement aux côtés des institutions.

Permalien | Commentaires {0} 15 Juillet 2015

1 2 3 4 5 » ... 1083



La notion toute relative de l'exception culturelle pour le Gouvernement MR/NVA

Place au Street Art à la Ville de Bruxelles !

Neutralité du net : sans sursaut, l’Europe ratera un tournant historique et cèdera aux lobbys télécom

Les sociétés de gestion de droits d’auteur : un travail qui reste inachevé…

Un festival de Street Art cet été au canal

Pour un patrimoine culturel public et accessible à tous!

7 mesures PS pour diminuer le coût de l'énergie et renforcer la protection du consommateur

Oui à l’obligation scolaire à 5 ans pour lutter contre les retards scolaires !

La protection des consommateurs n'intéresse pas Kris Peeters

1 2 3 4 5 » ... 121



Anti-Acta
En bateau avec karine avec Ouri
Fresque de L'Atlas - rue Melsens (entrée de la Centrale électrique)
Stop au SIDA action des MJS Rue Neuve
Manifestation contre la peine de mort
Fête de Bruegel 2008 14/09/08
Présentation du site Internet de la Ville de Bruxelles en présence du Bourgmestre et de Philippe Allard de Gial.JPG
Médias
avec Fadila Laanan & Hamadi
700éme Meyboom : Journée académique défilé Grand Place
Meyboom 2012
HMI et Rival devant le Manneken Peace Rue du Chêne






01/07/2015

Génocide arménien : le groupe PS dépose sa proposition de résolution

Génocide arménien : le groupe PS dépose sa proposition de résolution

Le PS a déposé à la Chambre sa propre proposition de résolution relative à la reconnaissance du génocide arménien à l’occasion de la commémoration de son centenaire.

Dans la lignée de la résolution portée en 1998 par le sénateur PS Philippe Mahoux, cette proposition qualifie de génocide les événements tragiques survenus entre 1915 et 1917, dont le dernier gouvernement de l'Empire ottoman est responsable, et encourage les juridictions nationales ou internationales à se prononcer à ce sujet.

Cette proposition PS - portée par les députés Stéphane Crusnière, Özlem Özen, Philippe Blanchart et Gwenaëlle Grovonius - est plus ambitieuse que celle de la majorité. La reconnaissance du génocide est notamment abordée dans le texte même de la résolution et pas seulement dans les considérants.

Dans le même temps, cette proposition met l’accent sur un réel travail de réconciliation et de dialogue entre les peuples. Le texte encourage l'Arménie et la Turquie à œuvrer en faveur de la normalisation de leurs relations et rappelle que les Turcs d'aujourd'hui et la communauté belgo-turque ne peuvent pas être tenus responsables des faits de 1915. La proposition promeut aussi une meilleure connaissance mutuelle par le biais de l’information historique, scientifique et culturelle.

Par cette proposition, le PS et tous ses élus entendent donner un signal clair de leur position relative au génocide arménien, tout en s’inscrivant dans une démarche positive de rapprochement des communautés.



Bilan de mon activité parlementaire

Bilan de mon activité parlementaire
Cette législature n’aura finalement duré que deux ans ! Malgré cette courte période, de nombreuses avancées ont pu être concrétisées. Notamment, dans les matières dont je m’occupe depuis très longtemps comme la protection des consommateurs, les banques, les assurances, le pouvoir d’achat, l’énergie ou encore les entreprises publiques autonomes.

Des progrès importants ont également été réalisés sur des sujets éthiques mais aussi en matière d’égalité entre les hommes et les femmes. Je reste consciente que beaucoup reste à faire pour les citoyens, et que la crise n’a épargnée personne. Mais la réalité belge se traduit par une coalition gouvernementale où se retrouvent la droite et la gauche, ce qui ne permet pas d’améliorer le quotidien des citoyens aussi vite et aussi bien que je le souhaiterais.

Le bilan ci-joint ne concerne que les avancées dans les commissions où je siège et pour lesquelles j’ai déposé des propositions de loi (commissions économie, infrastructure, émancipation sociale). Je reviendrai par ailleurs dans un autre billet sur le bilan de la Commission spéciale sur les abus sexuels que j'ai eu l'honneur de présider.

bilan_karine__1_.pdf Bilan-Karine (1).pdf  (232.63 Ko)

09/04/2014




RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile