Karine Lalieux, de l'audace et des convictions

Quelques mots pour Guy Spitaels



Quelques mots pour Guy Spitaels
Guy Spitaels, ce fut d'abord pour moi, étudiante à l'ULB l'image d'un professeur, très éloquent, impressionnant et maitrisant la matière, mais austère et froid. Toujours habillé d'un costume noir et d'une cravate noire, c'était l'année où il a tragiquement perdu sa fille. Sa tristesse transparaissait... À l'époque je n'étais pas membre du parti, ni militante.

Je n'ai pas connu Guy Spitaels lorsqu’il était Président du Parti socialiste. Ce n'est que quelques années après que je sois devenue députée fédérale, que j'ai eu l'occasion de le croiser chez des amis communs. Il s'intéressait à certains jeunes élus, aimait discuter avec eux, commenter la situation politique.

C'était un honneur qu'un " Homme " comme lui s'intéresse à ma carrière politique. Il m'a très vite mis à l'aise, aucun rapport hiérarchique, pas de leçons ou de morale. Juste de la simplicité, de la franchise, de la gentillesse.

Je ne vais pas répéter toutes les éloges que j'ai lus et entendus aujourd'hui, je les partage. Juste dire que c'est avec énormément de tristesse que j'ai appris ce matin son décès. Mes pensées et toutes mon amitié vont à son épouse, Anne-Marie, à son fils Thomas et sa famille.

Mardi 21 Août 2012
Lu 1368 fois