Karine Lalieux, de l'audace et des convictions

2018, année de la contestation



Les mouvements de contestation de Mai 68 auront 50 ans l’an prochain. A cette occasion, en tant qu'échevine de la Culture à la Ville de Bruxelles, j'ai décidé de réunir, de façon exceptionnelle, l’ensemble des institutions culturelles de la Ville de Bruxelles autour d’un projet commun : une année thématique intitulée « 2018, année de la contestation ».

Pour la première fois, l’Echevinat de la Culture a souhaité donner une teinte à une année culturelle complète et rassembler de cette manière les forces culturelles vives de la Ville de Bruxelles.

Les directeurs et les directrices des différentes institutions de la Ville de Bruxelles ainsi que le Service de la Culture ont été invités à s’emparer de cette thématique, chacun selon sa vision artistique et sa sensibilité. Tous, soit 19 partenaires, ont répondu présents et s’associeront au projet : la Montagne magique, le Théâtre de Poche, le Théâtre Royal du Parc, le KVS, les Brigittines, la Bellone, le Théâtre Royal de Toone, le Théâtre Royal Les Cœurs de Bois, les Riches-Claires, le Bruegel, la Maison de la création, Cité Culture, les Archives de la Ville, le Musée du Costume et de la Dentelle, le Musée des Egouts, la Maison du Roi, la Centrale ainsi que les événements Hopla ! et Nuit Blanche.

Ensemble, ils interrogeront le concept de contestation : 50 ans après Mai 68, que reste-t-il de l’esprit de révolte sociale, politique et culturelle ? Quels acquis ? Quels échecs ? Comment la contestation se présente-t-elle à nous aujourd’hui ? Il ne s’agira pas d’une commémoration mais d’une interprétation actuelle de la contestation. Une belle place sera d’ailleurs faite aux jeunes, en collaboration avec les écoles bruxelloises, au sein du Musée du Costume et de la Dentelle et de la Centrale par exemple.

Les temps troublés que nous connaissons sont un moment opportun pour interroger la contestation et l’héritage de Mai 68. La Culture crée des ponts et sert de rempart aux tentations de repli sur soi. Plus que jamais, il est nécessaire aujourd’hui que chacun ait la possibilité de pousser la porte des lieux culturels et de prendre part à la culture. « 2018, année de la contestation » et ses nombreux événements seront autant d’occasion de le faire.

Des dizaines de manifestations seront organisées de janvier à décembre 2018 : spectacles, expositions, collaborations avec des écoles artistiques, conférences, projections et d’autres rendez-vous à découvrir. Dispersées dans une vingtaine de lieux bruxellois et en espace public, les activités seront reconnaissables grâce à un logo reprenant trois symboles de Mai 68 réalisé par Oilinwater : le pochoir, le pavé et le poing levé. Pluridisciplinaire, cette programmation sera à l’image de la politique culturelle menée par la Ville de Bruxelles : décloisonnée, accessible, dynamique et centrée sur la création.

Mercredi 8 Mars 2017
Lu 661 fois