Karine Lalieux, de l'audace et des convictions

Crise finanière : les 2 commissions sont installées



Crise finanière : les 2 commissions sont installées
Les deux commissions - l’une d’enquête (sur la séparation des pouvoirs dans le cadre du « Fortis Gate ») et l’autre spéciale (sur la gestion de la crise financière) - sont enfin sur les rails… Enfin presque puisqu’avant que le travail ne démarre vraiment il faut désigner les experts et là quelques discussions doivent encore avoir lieu. Mais, comme demandé, dès la fin de cette semaine, elles commenceront réellement à travailler.

Comme je vous en ai déjà parlé, le PS a revendiqué dès le début du mois d’octobre une commission d’enquête parlementaire sur la crise financière : il est normal qu’épargnants, petits actionnaires, employés ou simple client aient des réponses aux légitimes questions qu’ils se posent. Les socialistes réclament depuis des mois de la transparence et le respect des droits de chacun. Ce travail se doit d’être accompli non pas uniquement pour pointer les « coupables » même si les responsabilités doivent être mises en évidence (et notamment le rôle de l’organe de régulation belge, la CBFA) mais aussi et surtout pour en tirer les leçons et faire des propositions concrètes pour réguler un secteur financier qui a perdu les pédales. Ce rôle sera celui de la commission spéciale Chambre et Sénat réuni.

La Commission d’Enquête, dont je suis membre, devra elle définir s’il y a eu entorse à la séparation des pouvoir dans le cadre de l’affaire Fortis. La question posée : est ce que le pouvoir exécutif et en l’occurrence surtout les cabinets du Premier Ministre, du Ministre de la Justice ou encore des Finances ou d’ailleurs les Ministres eux-mêmes ont essayé d’influencer la pouvoir judiciaire ? Mais aussi quel est le rôle des différents acteurs judiciaires ? Ces questions sont évidemment essentielles dans une démocratie puisque l’indépendance du pouvoir judiciaire est la garantie que chacun pourra défendre ses droits en toute autonomie.

Une commission d’enquête a les pouvoirs d’un juge d’instruction c’est-à-dire que toute personne qui est convoquée par la commission est obligée de s’y présenter ou tout document demandé doit lui parvenir.

Les travaux doivent être clôturés pour le 15 mars, le travail sera donc intensif. Ce que je souhaite évidemment c’est que chaque parti joue le jeu et ne fasse pas de l’obstruction…alors quand j’ai entendu cet après-midi la résistance du MR, du CDh et du CD&V au sujet de la demande de mon chef de groupe, Thierry Giet, de recevoir l’ensemble du dossier judicaire concernant Fortis, je ne suis pas fort optimiste.

Bien entendu, chaque semaine je vous tiendrai informer de l’avancement de ces deux commissions.

Lundi 19 Janvier 2009
Lu 1970 fois