Karine Lalieux, de l'audace et des convictions

Du social et du durable : nécessaires aussi au niveau européen !



Du social et du durable : nécessaires aussi au niveau européen !
Le 1er mai dernier, Jean-Claude Marcourt, tête de liste des européennes, nous disait :

« C’est pourquoi le principal défi qui se pose à nous aujourd’hui, c’est au niveau de l’Europe qu’il se pose. C’est là que se joue notre avenir, c’est là que se dessine la société de demain et le monde de demain : veut-on faire mûrir l’Europe des fondateurs, bâtie sur le modèle ouest européen de concertation sociale, et en faire le socle d’un monde plus solidaire, ou, au contraire, veut-on circonscrire cette Europe à un grand marché livré au dumping social et fiscal, sans foi ni loi citoyenne et environnementale ? C’est ça l’alternative du 7 juin pour un rendez-vous électoral qui aura rarement été aussi tranché d’un point de vue idéologique. Oui, il est temps de changer le centre de gravité politique de l’Europe! Oui, il est temps de donner une majorité de gauche à l’Europe. »

Parce qu’aujourd’hui, les différents niveaux de pouvoir sont interdépendants, parce que ce qui se décide au niveau européen a un impact sur nos Régions, parce que 70% des lois sont issues de la transposition de directives européennes, parce que le social et le durable doivent être assurés au niveau européen afin d’être effectifs, les élections européennes sont d’une importance capitale!

Aussi, pour le Parti Socialiste, l’Europe doit être une Europe sociale, durable avec une fiscalité européenne juste qui favorise la redistribution des richesses!

Les socialistes appellent de leurs vœux: une croissance économique durable, plus d'emplois et de meilleure qualité, davantage de cohésion sociale et un environnement sain, sans hiérarchiser ces objectifs, qui doivent se renforcer mutuellement.

Du social et du durable : nécessaires aussi au niveau européen !
Pour le PS, le premier défi pour l'Union Européenne c'est la relance économique, mais il faut également diriger l'économie européenne vers un nouveau modèle de croissance stable et durable. Pour ce faire, le PS demande un changement radical de cap de l'Union Européenne, afin d'éviter de répéter les erreurs du passé:

  • Plutôt que la dérégulation, il faut aujourd'hui une nouvelle régulation de la finance!

  • Plutôt que la privatisation et le désengagement de l’Etat, il faut un nouvel investissement des pouvoirs publics dans les secteurs économiques stratégiques pour le développement durable et le maintien des services publics pour le bien-être des citoyens.

  • Plutôt qu’une dynamique de régression sociale, il faut une convergence vers le haut des salaires et du bien-être social en Europe.

  • A cela, s’ajoute une politique climatique forte qui doit également se retrouver de manière transversale dans tous les domaines.

Malgré le fait que la droite était largement majoritaire dans le Parlement Européen dont le mandat s’achève, l’action des députés socialistes et la mobilisation sociale et citoyenne ont permis d’obtenir des vrais résultats, notamment la modification en profondeur de la directive Bolkestein et le blocage de la tentative de révision de la directive sur le temps de travail dans un sens de régression sociale.

Mais il faut aller plus loin: il faut que le Parlement européen ait, en son sein, une majorité de gauche afin de pouvoir être plus offensive et ainsi prendre des décisions allant dans le sens d’un changement radical au niveau économique, au niveau social et au niveau environnemental.
Quant à la présidence de la Commission européenne, soyons clairs : nous ne voulons pas de Manuel Barroso qui a soutenu les politiques de dérégulation économique et financière, qui n’a pas mis l’Europe sur le chemin du social et qui a soutenu G.W.Bush dans sa dérive sécuritaire.

Nous ne le répéterons jamais assez : « Oui, il est temps de changer le centre de gravité politique de l’Europe! Oui, il est temps de donner une majorité de gauche à l’Europe. »

Liste des candidats PS à l'Europe

Mercredi 3 Juin 2009
Lu 2998 fois