Karine Lalieux, de l'audace et des convictions

Grève à la Poste

Hier, j’ai été particulièrement sensible à la grève de nos postiers. Cette action avait pour objectif d’attirer l’attention des citoyens et des autorités sur les risques réels d’une dégradation des conditions de travail des postiers, d’une diminution de la qualité des services prestés ou encore de la remise en cause du service universel qui permet à chacun d’accéder à des services essentiels sur tout le territoire et à des prix raisonnables.



Grève à la Poste
Lorsque je suis arrivée au Parlement en mai 2000, j’ai été désignée par mon groupe comme membre effective de la Commission de l’Infrastructure de la Chambre, c’est-à-dire la commission qui s’occupe principalement de nos entreprises publiques (la Poste, Belgacom et la SNCB). Je peux vous avouer aujourd’hui que je n’y connaissais rien.

Pourtant très vite, j’ai compris le rôle essentiel que jouent les services publics dans notre société et je n’ai eu de cesse de les défendre tout en exigeant leur modernisation.

En effet, en 2001 mon premier combat fut celui de m’opposer à la libéralisation totale du secteur postal envisagée par l’Union européenne.

Pourquoi, me direz-vous, s’opposer à cette idéologie libérale dominante qui a même gagnée les cénacles des associations de consommateurs ?

Parce que pour moi les services publics sont au cœur de la citoyenneté de par les missions qu’ils assurent à tous. Ils participent au développement économique de notre pays et au renforcement de la cohésion sociale et territoriale. Ils ont permis le développement d’une société plus égalitaire aux standards élevés de qualité de vie. Bien que tout devant être performantes, ces entreprises publiques n’ont pas pour seuls objectifs la rentabilité et la productivité. Ils offrent à chacun un service égal à un prix accessible que l’on habite Arlon, Frameries ou Bruxelles.

Libéralisation rime avec privatisation, exclusion, diminution des investissements, insécurité … il n’y a qu’à penser au rail britannique vendu au privé pour une bouchée de pain par Tachter et racheté au prix fort par Blair après les nombreuses fermetures de gares, les suppressions des lignes et les accidents à répétitions,…

Pour en revenir à la Poste, durant cette législature, le PS a arraché plusieurs avancées dont celle du maintient d'au moins un bureau de poste par commune. Bureau desservi par du personnel postal et qui offre toute la gamme de services dont la population a besoin. Cet acquis constitue un minimum et le PS souhaite d’ailleurs que des garanties complémentaires à cette règle de base soient discutées en vue de la rédaction du prochain contrat de gestion, comme par exemple le maintien d’un bureau de poste pour 25.000 habitants dans les communes dont la population dépasse ce nombre.

De plus, le PS a multiplié les initiatives, tant au niveau belge qu’au niveau européen, pour s’opposer à une libéralisation totale et aveugle des services postaux dès 2009. On ne peut aller vers une libéralisation accrue sans mener au préalable des études contradictoires sur les premiers effets de la libéralisation !

Parallèlement à ces avancées, Il faut insister pour que nos facteurs puissent continuer à jouer un rôle social, notamment auprès des citoyens isolés ou à mobilité réduite. Il faut notamment pouvoir confier aux facteurs des tâches d’intermédiaire à la demande de l’usager pour les services postaux de base et raviver un dispositif «Allo facteur» tellement utile pour les seniors et les personnes malades.

Le PS souhaite également que la question de la modération des package salariaux des tops managers du secteur public (comme du secteur privé d’ailleurs) soit très prochainement examinée et que des mesures soient prises poursuivre les efforts de bonne gouvernance d’entreprise déjà inscrits dans la loi du 21 mars 1991.

Si nous voulons que les services publics soient efficaces et proches des citoyens, il me semble primordial de garantir une carrière épanouissante au personnel de ces entreprises publiques autonomes. Cela passe entre autres par des emplois de qualité, davantage de formation et l’association des représentants du personnel à l’élaboration des projets souhaités par les dirigeants de ces entreprises.

Ce combat, je le poursuivrai au-delà du 10 juin si je suis élue.

Bon week end

Une pétition contre la libéralisation de la Poste :Sos Poste

Samedi 26 Mai 2007
Lu 3665 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Ce blog est modéré.