Karine Lalieux, de l'audace et des convictions

L’indécence libérale



L’indécence libérale
Ce matin, le Gouvernement a annoncé un accord sur le budget dont, à cette heure, je ne connais que les grandes lignes. Je ne peux dès lors pas encore le commenter. Mais je voudrais revenir un instant sur les propos indécents des libéraux et particulièrement de l’Open VLD. Depuis deux jours, ils se sont montrés plus catholiques que le Pape sur la rigueur budgétaire. Pour y arriver, ils ont trouvé leurs boucs émissaires : les demandeurs d’emploi et les patients. En effet, pour trouver les milliards, ils voulaient, d’une part, diminuer les allocations de chômage (alors que nous avions obtenu la liaison au bien-être cet été) et d’autre part diminuer les dépenses en soins de santé.

Comme si les malades et les demandeurs d’emploi étaient responsables de la crise actuelle. Comme si trouver de nouvelles cibles (habituelles comme la sécurité sociale) pouvait nous faire oublier que ce sont des banquiers, des tradders, des spéculateurs peu scrupuleux, la maximalisation des profits, qui sont à la base de la crise actuelle.

Honteux et malhonnête : c’est oublier qu’ils se sont toujours opposés à toute régulation, qu’ils ont toujours conspué l’intervention étatique… mais cela démontre combien les libéraux ont la mémoire courte, cela montre combien ils sont cyniques !

Parce que la crise que découvre aujourd’hui le monde de la finance, les travailleurs, les familles, eux en souffrent depuis plus d’un an. Que l’on pense à la hausse de prix de biens de premières nécessités, au coût de l’énergie…

Il y a urgence sociale n’en déplaise aux libéraux !

L’attitude des libéraux me fait également craindre pour l’avenir. Aujourd’hui, on entend une belle unanimité : il faut réguler le secteur financier, il faut combattre le capitalisme débridé et l’économie casino, il faut des mesures fortes,… mais demain, quand les cours de bourse reprendront , eux et leurs amis banquiers ne seront-ils pas une fois de plus amnésiques ? Voudront-ils réellement agir ? Permettez-moi d’en douter ! Le monde a vécu plus de vingt crises financières majeures depuis trente ans et jamais les libéraux n’ont accepté une vraie régulation et un vrai contrôle, une réelle protection des consommateurs. Ils n’ont fait que détricoter les règlementations existantes.

Les socialistes ont déposé trente propositions concrètes au niveau national, européen et mondial. Nous demanderons qu’elles soient examinées rapidement au Parlement et nous verrons si les libéraux passeront des paroles aux actes.

Enfin, une dernier dossier qui me fait encore plus douter de la parole des libéraux : celui des sans papiers. Malgré une déclaration gouvernementale claire, ils se sont opposés jusqu’au bout de la nuit à une régularisation au cas par cas. Ils ont lié ce dossier à une réduction d’application de politiques sociales ce qui aurait immanquablement monté les plus fragilisés les uns contre les autres.

Quel chantage abjecte mais qui fonctionne puisque les familles de sans papiers resteront encore dans l’insécurité !

Mardi 14 Octobre 2008
Lu 2413 fois