Karine Lalieux, de l'audace et des convictions

La FGTB apporte son soutien au PS



La FGTB apporte son soutien au PS
Chaque Interrégionale a récemment exprimé ses priorités à travers un mémorandum. Selon nous, seule une majorité politique progressiste sera capable de répondre à nos attentes car nos revendications portent en elles une répartition des richesses plus favorable aux travailleurs.

Nous demandons un modèle économique centré davantage sur la collectivité et non soumis au dictat du profit. Une fiscalité plus juste, un développement des services publics de qualité, une politique de l’emploi décent, une sécurité sociale forte, la démocratie économique dans les PME seront autant de baromètres que nous surveillerons de près.

Nous doutons sérieusement qu’un Gouvernement libéral mettra en œuvre ces grandes réformes qu’attend le monde du travail.

L’Interrégionale wallonne et l’Interrégionale de Bruxelles, tout en restant très attachées à leur rôle de contre-pouvoir au niveau régional, estiment incontestable le rôle positif qu’a joué le Parti Socialiste dans le développement économique et social des Régions wallonne et bruxelloise ces dernières années.

Le monde du travail, mis rudement à l’épreuve, a pu mesurer l’importance de la présence des Ministres socialistes tant aux Gouvernements wallon et bruxellois qu’au Gouvernement fédéral, où ils se sont positionnés pour la défense d’une sécurité sociale forte.

Nous n’avons pas de mots assez durs pour qualifier les comportements indécents, récemment démasqués, de quelques-uns de nos élus. Nous nous désolidarisons totalement de cette conduite, indigne des citoyens.

Cependant, nous pensons qu’aucun amalgame ne peut être fait entre un parti démocratique (son programme, ses idées, ses valeurs) et les abus d’individus isolés, membres de ce parti.

En tant que syndicat socialiste, nous avons toujours combattu l’extrême droite avec détermination. Défendant un projet de société raciste et xénophobe, les formations politiques d’extrême droite ont toujours été qualifiées d’ « infréquentables » par les familles politiques démocratiques.

Aujourd’hui, nous sommes choqués d’entendre que le MR réserve également cet adjectif au Parti Socialiste. Nous pensons qu’il s’agit d’une dérive qui mérite une explication. Dans le débat politique, fût-ce en période pré-électorale, aucun parti démocratique ne devrait pouvoir qualifier un autre parti démocratique d’ « infréquentable ».

L’Interrégionale wallonne et l’Interrégionale bruxelloise de la FGTB demandent que les querelles politiciennes fassent place au débat d’idées.

Jeudi 21 Mai 2009
Lu 1083 fois