Karine Lalieux, de l'audace et des convictions

Le Cdh se prend les pieds…dans la propreté



Le Cdh se prend les pieds…dans la propreté
Après avoir soutenu la politique menée ces 6 dernières années, le Cdh a soudainement critiqué tous azimuts les efforts réalisés par la Ville pour la propreté. Après quelques déclarations malveillantes dans les médias, il déposera ce lundi 27 mai une motion au Conseil communal dont le principal enseignement est de démontrer sa consternante ignorance des réalités.

Alors que le bilan de la législature 2000-2006 durant laquelle le Cdh avait la responsabilité de la Propreté prête à rougir, alors que Joëlle Milquet expliquait encore durant la dernière campagne que la Ville avait mis en œuvre durant la législature 2006-2012 des politiques efficaces en matière de propreté, les humanistes ont manifestement décidé ces dernières semaines un virage à 180° !


Durant la campagne électorale de 2012, leur programme annonçait comme première proposition le renforcement du personnel affecté au Service Propreté. Fort bien ! De 2006 à 2012, j'avais d’ailleurs obtenu d’engager plus de 100 ouvriers supplémentaires. Ce renforcement était indispensable pour rencontrer les objectifs de propreté. Aujourd’hui, quelques mois après la campagne, le Cdh estime qu’il y a trop de personnel… Il faudrait réduire celui-ci et investir davantage dans la mécanisation du Service ! Merci au CDH pour sa défense du personnel de la Ville. Et merci à lui de nous avoir légué en 2006, 16 aspirateurs électriques, dont 8 obsolètes. On en compte aujourd’hui 38 en ordre de marche !

Le Cdh propose de développer un système de nettoyage à l’eau des quartiers sensibles et de la zone UNESCO. Ignorerait-il que le matériel nécessaire a été acquis à ma demande et qu’actuellement plus de 40 rues sont nettoyées à l’eau tous les jours, samedi et dimanche compris ? A-t-il oublié qu’en 2006, 3 rues seulement bénéficiaient du nettoyage à l’eau et encore, seulement 5 jours par semaine ? Que les odeurs d’urine s’imprégnaient dans les murs des quartiers Saint-Jacques et Saint-Géry comme aux pieds de la Bourse ?

Mais qu’à cela ne tienne, le CDH a aujourd’hui la solution : il faut placer des panneaux d’interdiction d’uriner ! La belle affaire ! Depuis 2006, outre les nettoyages à l’eau, la Ville a installé une quarantaine d’urinoirs gratuits et accessibles 24h/24 ainsi que des toilettes publiques. Elle a créé une taxe à l’encontre des personnes qui urinent sur la voie publique et en a déjà sanctionné plus de 3.000. Dans quelques semaines, la taxe sera d’ailleurs portée de 50 à 100 euros pour renforcer son caractère dissuasif. Ces mesures sont manifestement ignorées par le Cdh qui présente fièrement sa solution : installer des panneaux d’interdiction d’uriner sur la voie publique ! On reste pantois devant une telle perspicacité…

Les Humanistes nous rappellent qu’ils ont pris, de leur temps, un règlement pour l’enlèvement des graffitis. C’est vrai ! On se souvient tous de leur jolie conférence de presse. Ils ont juste à l’époque oublié d’assurer le suivi, de former des équipes pour mettre en œuvre le règlement…et de prévoir des budgets pour la société spécialisée chargée des travaux les plus lourds ! En 2006, 176 demandes avaient été traitées. Depuis lors, le règlement a été simplifié, les équipes formées, le budget inscrit, des initiatives prises avec les commerçants. En 2012, ce sont 3.686 tags qui ont été enlevés… soit une multiplication par 21 !

Le nombre de corbeilles doit être augmenté, nous disent-ils. C’est sans doute ignorer que 1.000 nouvelles corbeilles ont été installées ces dernières années portant aujourd’hui leur nombre à 4.500. Réparties sur tout le territoire, cela représente plus d’une poubelle tous les 100 mètres. Les objectifs du Plan Propreté 2012-2017 de la Région étaient rencontrés avant même d’être énoncés.

Il faut aussi les vider plus souvent, disent-ils. Belle idée ! Mais pourquoi donc, il y a 1 mois à peine, lors du vote sur le budget, le Cdh condamnait-il une dépense pour l’acquisition d’un camion-poubelles supplémentaire, estimant que c’était des frais inutiles ? Penserait-il à vider les corbeilles avec une carriole hippomobile ?

Le CDH nous propose enfin de créer des « brigades vertes de quartier » pour lutter contre les incivilités. Ici aussi le bilan ne donne guère de crédit à leur effet d’annonce. En 2006, sur base d’un règlement inadapté, l’Echevin CDH avait perçu 160 redevances, soit moins d’une tous les deux jours. En 2012, sur base du règlement taxes pris par la nouvelle Echevine, ce sont 5.882 verbalisations qui ont été prises à l’encontre de personnes inciviques. Plus de 16 par jour.

Bien plus, alors que j'ai assermenté dès 2007, une cinquantaine de ses agents et a organisé depuis lors de nombreuses collaborations avec la Police pour les flagrants délits, il a fallu attendre 2011 pour que l’Echevin CDH des Espaces Verts assermente quelques-uns de ses brigadiers pour faire de même dans les parcs. Au total, ce sont plus de 30.000 taxes qui ont été dressées par les agents de la Propreté quand ceux des espaces verts, sous l’autorité du CDH, en ont dressé…59…

Plus fort encore, le CDH demande aujourd’hui à la Ville d’organiser une déchetterie et un nouveau ramassage des encombrants ! Le CDH a-t-il oublié qu’il a signé, il y a quelques semaines à peine, un accord institutionnel qui prévoit le transfert de cette compétence…à la Région ? Comprenne qui pourra ! Et puisque la répartition des compétences entre communes et Région semblent lui échapper, précisons au CDH que le boulevard du Midi, dont il réclame un meilleur entretien, est une voirie régionale, entretenue par la Région… Que le citoyen s’y perde est une chose, qu’un parti qui prétend exercer des responsabilités s’emmêle les pinceaux à ce point en dit long sur sa capacité à aborder les problèmes des citoyens et les résoudre !

Alors, oui, les efforts doivent être poursuivis. La Propreté publique est un défi quotidien et un combat permanent. Les ouvriers du Service, tous les jours, s’attellent à la tâche et ramassent les déchets abandonnés par d’autres. En 2012, 14.500 tonnes de déchets ont été évacués par le Service. C’est dire l’ampleur du travail. L’image internationale de Bruxelles et la légitime volonté des habitants de vivre dans un environnement propre donnent toute son importance aux missions de mon Service. Mais ce n’est pas en pratiquant une opposition stérile et en disant tout et son contraire qu’on y parviendra. C’est en prenant chacun nos responsabilités et en affrontant les problèmes avec sérieux et conviction.

Dimanche 26 Mai 2013
Lu 836 fois