Karine Lalieux, de l'audace et des convictions

NUIT BLANCHE a attiré quelques dizaines de milliers de noctambules passionnés dans le quartier des Libertés

Brillante, innovante et surtout particitive: la NUIT BLANCHE de ce 7 octobre a exploré le quartier des Libertés et du Parc de Bruxelles en y proposant des interventions artistiques autour de la thématique des jeux de pouvoir. Comme chaque année, elle a fait bouger un public très diversifié et international qui se réapproprie la ville et ses multiples facettes, connues ou insoupçonnées. Malgré un temps maussade, des dizaines de milliers de spectateurs ont pu découvrir le laboratoire artistique bouillonnant qu’offrent Bruxelles et ses artistes créateurs

Pour sa 16ème édition en 2018, NUIT BLANCHE lancera fin octobre l’appel à projet sous le signe de la Contestation et investira le quartier des Marolles. .



NUIT BLANCHE a attiré quelques dizaines de milliers de noctambules passionnés dans le quartier des Libertés.

Samedi de 19h à 3h du matin, performances, opéra, installations insolites et participatives , projets multimédias, projections et autres formes innovantes se sont succédé au Cirque Royal, au Cercle Gaulois, au Vaux-Hall , aux divers parlements ainsi que dans le quartier des Libertés et autour des bassins du Parc de Bruxelles.

Le temps d’une nuit, de la politique à l’économie et à la religion en passant par le pouvoir des mots et aux jeux de pouvoir inhérents aux relations humaines, NUIT BLANCHE et ses projets d’artistes ont passionné les foules qui ont profité de cette occasion unique pour se frotter à l’art contemporain.

Plusieurs projets programmés dans le cadre de cette 15ème édition ont appelé à une réflexion et à une interrogation au-delà de la thématique, notamment en impliquant des écoles à expérimenter le projet de Syada en amont de l’événement. L’artiste Yaccout Kabbaj a accompagné des élèves dans la discussion sur le harcèlement moral et verbal que subissent les femmes.

Cette édition nous a montré que l’on peut interroger, grâce à l’art, des thématiques de sociétés qui nous interpellent tous, tout en restant festif et très créatif, et le public a répondu présent au sein des institutions politiques mêmes telles que la Chambre et le Sénat !

Dans ce parcours, ouvert à tous et gratuit, organisé entièrement par la Ville de Bruxelles, le public s’est notamment enthousiasmé pour « Aria di Potenza » de Krystian lada & Airport Society au Cirque Royal, « HUG » de Verity Standen à l’Institut Balassi, pour des projets très prenants comme «Syada » au Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles ou « Mutumia » au Vaux-Hall dans le Parc. Exile and Tyranny en collaboration avec La Monnaie a ravi le public comme les votes pour les 100 plenary sessions à la Chambre.

NUIT BLANCHE pour tous a développé un programme d’accessibilité qui aura bénéficié à tous les publics : des médiateurs culturels ont levé le voile sur différents processus créatifs , une radio participative a émi toute la nuit, et pour la 6ème édition consécutive, l’événement s’ouvre en particulier aux personnes à mobilité réduite et malvoyantes.

Les dizaines de milliers de noctambules de la Nuit Blanche ont pu regagner les 4 coins de la capitale grâce à la collaboration avec la STIB. Comme chaque année le réseau NOCTIS était gratuit jusqu’à 3 du matin, permettant aux visiteurs de circuler aisément dans la ville.

Lundi 9 Octobre 2017
Lu 229 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Ce blog est modéré.