Karine Lalieux, de l'audace et des convictions

Pour tout vous dire n°2 (septembre 2002)



Pour tout vous dire n°2 (septembre 2002)
Les élections en France et aux Pays-Bas ont révélé un grand malaise : celui des électeurs fatigués de la politique spectacle. Des électeurs qui en auraient marre des partis traditionnels, parce que les politiques oublieraient l’intérêt général et ne penseraient qu’à assurer leur propre pouvoir. Marre parce que les gouvernements ne changeraient pas la vie et ne s’occuperaient pas des vrais problèmes…Et ce ras-le-bol, ils l’expriment en donnant du crédit à des professionnels de discours creux et populistes.

Ce comportement, même s’il est parfois compréhensible, présente de graves dangers : le plus aigu étant bien sûr l’écho favorable que reçoivent les thèses de l’extrême droite…Pour contrer ce danger, les responsables politiques ne doivent pas hésiter à expliquer davantage leur travail, les objectifs qu’ils poursuivent et qu’ils atteignent, d’ailleurs, souvent. Ce travail d’information va au-delà de la recherche du coup de pub : il rend compte des actions au service de tous.

L’insécurité explique pour beaucoup les résultats français et hollandais. Exploitée par la droite, mais sans être pour autant ignorée par la gauche, l’insécurité est un réel problème aux formes multiples : insécurité quand on redoute l’expulsion de son logement ou qu’on éprouve des difficultés à faire respecter ses droits de locataires, insécurité quand on est victime des défaillances d’une justice qui entasse des centaines, voire des milliers de dossiers dans des placards, insécurité quand certaines banques vous refusent l’accès à leurs services ou ferment votre compte parce qu’elles vous trouvent "non-rentable".

Des discours tout cela ? Non des actes, ma proposition qui impose un service universel bancaire est devenue réalité. Ce succès renforce mes convictions et mon engagement quotidien : la justice sociale et la solidarité sont plus que jamais à l’ordre du jour.

Dimanche 1 Septembre 2002
Lu 2181 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Ce blog est modéré.