Karine Lalieux, de l'audace et des convictions

Pour un droit universel à l'eau



Pour un droit universel à l'eau
Ce jeudi, à la Chambre, une large majorité a voté en faveur d’une résolution relative au droit universel à l’eau. Proposition de résolution que j’avais déposée avec mon regretté collègue Patrick Moriaux.

Le droit à l’eau… Voilà un débat qui semble apparaitre a priori dans l’esprit de beaucoup comme un acquis, un combat déjà gagné, bref un droit déjà réalisé. Or, il n’en est rien. L’intensité des débats de par le monde, mais également en Belgique, le démontre.

Pourtant, nous le savons tous, l’eau est indispensable à la vie. Essentielle à l’agriculture aussi: 70% de l’eau est utilisée pour produire notre nourriture. Et l’eau insalubre est le premier vecteur de maladies.

Cela fait plus de 3 ans que, le 28 juillet 2010, l’Assemblée générale de l’ONU adoptait une résolution qui consacrait l’accès à l’eau comme un « droit fondamental, essentiel au plein exercice du droit à la vie et de tous les droits de l’homme ». Il s’agit, pourrait-on dire, d’un droit qui précède tous les autres puisque qu’il en conditionne leur existence même.

Et pourtant… Pourtant 783 millions de personnes n’ont toujours pas accès à cette ressource vitale. De même, les Nations Unies estiment que quelque 2,5 milliards de personnes sont toujours privées d'accès à l’assainissement. Quelque 1,6 millions de personnes, pour la plupart des enfants, décèdent chaque année de maladies liées à l'eau et à un assainissement insuffisant.

Le chemin à parcourir reste significatif quoi qu’en disent certains.

Face à ces défis, qui réclament chacun une approche spécifique et particulière, nous sommes amenés à nous poser des questions lourdes de sens : pouvons-nous admettre qu’encore aujourd’hui, au 21ème siècle, des centaines de millions de personnes n’ont pas accès à l’eau ou à son assainissement ? Pouvons-nous nous projeter dans l’avenir face à la raréfaction des ressources lorsque l’on connait déjà les défis d’aujourd’hui ? Pouvons-nous prétendre œuvrer à un développement juste et durable sans droit à l’eau ? Bien entendu, la réponse est non.

En effet, pas de survie, pas d’alimentation, pas de santé, pas d’hygiène, pas de bien-être, pas de développement ni de croissance sans eau potable. L’eau est, en effet, un bien indispensable, que ce soit directement ou indirectement.

Et pourtant aujourd’hui la déclaration universelle des droits de l’Homme ne mentionne pas explicitement le droit à l’eau, c’est pourquoi je le demande dans cette résolution.

Mais le débat doit aussi avoir lieu au sein des instances européennes et belges.

En effet, le caractère universel du droit à l’eau est parfois remis en question au sein même de l’Union européenne. Environ deux millions de personnes en Europe n’ont toujours pas accès à des installations sanitaires propres ni à l’eau.

En outre, certaines personnes à bas revenus risquent d’être exclues de l’accès à ces installations. Car, l’eau est déjà considérée aujourd’hui, par certaines institutions ou acteurs économiques et politiques comme une simple marchandise, alors qu’elle constitue un bien public essentiel et nullement inépuisable.

Il faut, donc, que notre Gouvernement défende, au niveau européen, la position selon laquelle l’approvisionnement en eau, la gestion des ressources hydriques et l’assainissement continuent d’être considérés clairement comme des biens et services publics au sein des services d’intérêt général et continuent, par conséquent, d’être soumis à des obligations spécifiques de service public, notamment en matière de libéralisation.

Ce débat doit aussi être mené au niveau belge. C’est pourquoi, je demande formellement que ma proposition de loi, déposée avec le sp.a, de révision de la Constitution visant à consacrer le droit à l’eau dans le droit belge soit prochainement agendée en Commission de révision de la Constitution.

Rendons ce droit réel « là-bas » dans les Pays du sud mais aussi « ici », en Europe et en Belgique. Car la base de la vie, je le rappelle encore une fois, c’est l’eau.

Dimanche 16 Février 2014
Lu 674 fois