Karine Lalieux, de l'audace et des convictions

Recyclart, Magasin 4 et C12 : la Ville de Bruxelles soutient les lieux alternatifs



A côté de ses institutions (7 musées et lieux patrimoniaux, 2 espaces d’art contemporain, 9 théâtres et lieux dédiés aux arts de la scène ainsi que 5 centres culturels), la Ville de Bruxelles soutient les activités de nombreux lieux culturels installés sur son territoire.

Et notamment des lieux dédiés à la culture alternative : Recyclart, le Magasin 4 et le récent C12 par exemple. Si ces derniers ne dépendent pas de la Ville de Bruxelles, ils peuvent néanmoins compter régulièrement sur notre soutien. L’avenir de ces espaces souvent installés dans des endroits précaires ou non destinés à la culture est néanmoins parfois compromis.

Avec les moyens et la marge de manœuvre dont elle dispose, la Ville de Bruxelles défend leur pérennisation et encourage les occupations précaires à destination de la culture. Pour moi, ils font partie intégrante de l’ADN culturel bruxellois métissé.

Recyclart

Installés de longue date dans les locaux de la gare Bruxelles-Chapelle, sous la jonction nord-midi, Recyclart a dû fermer temporairement ses portes en février dernier. Ce déménagement intervient suite à la décision d’Infrabel, propriétaire des lieux, de renforcer les conditions de sécurité. D’importants travaux de sécurisation et d’aménagements ont été jugés indispensables afin d’y maintenir une activité.

Dès l’annonce de ce projet de rénovation, il y a trois ans, la Ville de Bruxelles a réservé un important budget extraordinaire (800.000 €) pour la mise en conformité des lieux. Pour rappel, celui-ci vient compléter les subsides annuels de la Ville pour le fonctionnement du Recyclart (51.000 €) et son festival Recyclart Holidays (12.500 €).

En outre, dès le début, nous avons joué le rôle de médiateur entre Infrabel et Recyclart pour le suivi technique de ce lourd dossier, en soutenant les intérêts de l’institution. Face à cette volonté d’investissement, Infrabel a proposé de céder à la Ville de Bruxelles, sous conditions de travaux de sécurisation, ces espaces par bail emphytéotique. Par deux fois, le Collège de la Ville de Bruxelles a validé leur proposition de contrat de bail. Par deux fois, Infrabel a souhaité revoir celui-ci et durcir davantage ses conditions. Après une longue période de négociations et d’études, Infrabel semble aujourd’hui arriver à un accord sur la nature des travaux à mener. Ceux-ci devraient pouvoir être lancés prochainement et se terminer en 2019. Recyclart pourra alors réintégrer les lieux.

En parallèle à ces travaux de sécurisation financés par le budget de la Culture, Recyclart a aussi été intégré au contrat de quartier Jonction qui a prévu des budgets (plus de 3 millions d’euros) pour un réaménagement complet des espaces.

L’annonce de ce déménagement temporaire a suscité beaucoup d’émotions. N’ayant à ce jour toujours pas reçu d’engagement ferme d’Infabrel et de la SNCB, la Ville de Bruxelles n’a pas souhaité encore s’avancer sur de possibles issues afin d’éviter les fausses promesses. Sa volonté a été, dès le départ, de soutenir l’institution et de permettre son retour dès la réalisation des travaux. Endéans ce délai, la Ville de Bruxelles travaille en étroite collaboration avec l’équipe du Recyclart pour reloger ses activités dans le quartier des Marolles où l’asbl est implantée. Ne disposant pas de lieu vide adéquat ni adapté, celle-ci a proposé au restaurant du Recyclart de prendre place en journée dans le café des Brigittines.

Une proposition accueillie avec enthousiasme par Patrick Bonté, son Directeur. Christine Rigaux, Directrice du centre culturel Bruegel, s’est montrée disponible à accueillir en ses murs certaines activités. Le CPAS de la Ville de Bruxelles accueillera pendant un an, rue du Petit Rempart, le volet d’insertion socioprofessionnelle de l’asbl qui concerne 40 travailleurs et une dizaine d’employés ainsi que son stock de matériel et ses bureaux. Pour son volet de concerts et de soirées, la proposition d’utiliser la Gare du Congrès a été écartée par l’équipe de l’asbl pour raisons logistiques. A ce jour, nous poursuivons nos recherches.

Magasin 4

A l’instar de Recyclart, le Magasin 4 occupe depuis plus de 20 ans un espace non destiné initialement à des activités culturelles. Après un premier déménagement réalisé avec l’aide de la Ville de Bruxelles, Magasin 4 est bientôt contraint de quitter les lieux pour faire place à un projet de parc, sur le Quai des matériaux, annoncé par Bruxelles-Environnement. Suite à cette annonce, le Bourgmestre et moi-même avont, dans un premier temps, joué le rôle de médiateur entre le Magasin 4 et la Région bruxelloise afin de soutenir le Magasin 4. Selon eux, il y a dans la zone déjà d’autres espaces verts d’une part. D’autre part, le nouveau projet de parc n’est pas inconciliable avec le maintien de cet opérateur qui offre une palette musicale unique dans le paysage culturel ainsi que des espaces aux artistes.

Le Ministre-Président a entendu cette volonté de protéger les lieux dédiés à la culture alternative et a accepté de prolonger leur occupation jusqu’à l’automne 2018. A ce jour, ce délai a toutes les chances d’être prolongé à nouveau et ce jusqu’en 2019. A long terme, la Région n’a pas encore communiqué de décision formelle mais des pistes de réflexion sont en cours avec la Société d’aménagement urbain (SAU). La Ville de Bruxelles implique son département de l’Urbanisme pour s’assurer que les demandes liées à ce relogement soient suivies de près et aboutissent.

C12

Si la Ville de Bruxelles soutient des lieux alternatifs historiques, elle tient également à soutenir les nouveaux venus. Un nouvel espace dédié à la scène émergente, électronique et alternative a ouvert ses portes dans la Galerie Horta, sous le nom de C12. La galerie, située en plein centre-ville, est gérée par des investisseurs privés ayant l’ambition d’y développer un projet culturel innovant. Dans l’attente d’obtenir les autorisations nécessaires, ces derniers souhaitent mettre à disposition cet espace vide à des opérateurs culturels et événementiels. Etant donné l’ouverture de la galerie sur la Gare centrale, les discussions doivent être menées avec Infrabel et la SNCB. La Ville de Bruxelles a décidé de soutenir cette initiative en faveur de la culture. Une note visant à faciliter les démarches de C12 auprès des différents intervenants (SIAMU, Bruxelles-Environnements…) sera d’ailleurs prochainement présentée au Collège.

En tant qu'Echevine de la Culture, j'entends soutenir, au même titre que la culture institutionnelle, la culture alternative et je me bats pour que ces lieux soient sauvés. Leur fermeture définitive serait une perte, tant pour le secteur culturel que pour le public. Leurs spécificités contribuent généreusement à la diversité culturelle bruxelloise et marquent de leur empreinte unique l’identité de notre ville, ouverte et multiple. Dès que des accords solides et signés seront trouvés en concertation avec toutes les partie prenantes, nous ne manquerons pas de vous en informer.

Vendredi 9 Mars 2018
Lu 191 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Ce blog est modéré.