Karine Lalieux, de l'audace et des convictions

Sécurité : des actes plutôt que des polémiques



Sécurité : des actes plutôt que des polémiques
Depuis maintenant trois semaines, nous n’entendons parler que de sécurité ou plutôt d’insécurité, d’intégrisme avec les prises de paroles haineuses de Sharia4belgium, de relèvement du niveau d’alerte de 2 à 3 sur une échelle de 4, de l’armée dans les rues, …

Parallèlement, le Vlaams Belang se déchaîne avec une campagne d’affichage outrancière et une agression d’enfants dans une école en les obligeant de manger des saucisses de porc ! Nation manifeste dans les rues de Bruxelles...

Retour aux amalgames ? Retour à la stigmatisation, retour aux peurs, retour au repli sur soi ? Retour à la surenchère électorale à la veille d’une élection
J’espère que non et je dois dire que la sérénité mais aussi la fermeté montrée par les Bourgmestres présents tant chez le Premier Ministre que sur les plateaux de télévision ce dimanche tendent à me rassurer quelques peu. Avec une exception près, Monsieur De Wolf (et je ne le dis pas parce qu’il est MR) qui doit se départir de deux faux pas qu’il a lui-même commis. Le premier avoir autorisé l’été dernier une manifestation de Sharia4belgium alors que le Bourgmestre de la Ville de Bruxelles -Freddy Thielemans avait interdit deux ans plus tôt cette organisation de manifester - et le second sa sortie sur un plan vigiepirate à la belge : il n’est jamais bon de recycler des vieilles recettes sans analyse.

Cette semaine, j’avais remis en ligne un texte que j’avais rédigé début 2010 et qui est malheureusement sur certains points toujours d’actualité.

D’abord, j’y rappelle que la sécurité est un droit fondamental et que la violence atteint aussi et surtout les personnes les plus fragilisées. Ensuite qu’il faut une réaction proportionnée à toute les infractions ou violations des lois et des normes, sinon, c’est le sentiment d’impunité qui se développe. Enfin que la sécurité désincarnée n’a pas de sens, elle doit se construire avec la prévention, la formation, l’emploi, l’éducation,… un vrai projet de justice et de cohésion sociale.
Je ne vais bien évidemment pas répéter tout ce qu’il y a dans ce mot mais juste revenir sur quelques éléments essentiels.

Premièrement, quand on parle sécurité il ne suffit pas de renforcer la police. Même si c’est un préalable bien sûr et les Bourgmestres Bruxellois ont raison de le dire depuis plus de 10 ans. Les cadres des zones de police doivent être complétés, c’est une nécessité. Depuis plus de 10 ans, tout le monde sait que le problème se situe essentiellement dans recrutement qui est réalisé au niveau fédéral. Quand, enfin, un Ministre de l’Intérieur permettra-t-il un recrutement régional, avec des candidats qui seront alors issus ses quartiers bruxellois et donc connaîtrons le terrain ?

Mais la police seule n’est pas grand-chose, il faut que tous les acteurs de la chaîne pénale soient renforcés. A savoir, les membres du Parquet, les juges du fond, mais aussi les assistants de justice ou autre.

Or dans ce dossier, aussi, Bruxelles réclame depuis des lustres que les cadres de magistrats soient non seulement remplis (et ils ne le sont pas à cause d’exigences linguistiques ridicules voulues par les politiques flamands, qui préfèrent défendre des thèses linguistiques rabiques que de garantir la sécurité des bruxellois) mais aussi augmentés. Je rappelle, par exemple, que si la procédure accélérée n’existe pour ainsi dire pas à Bruxelles, c’est a cause du manque de magistrats…

Les assistants justice ont également un rôle essentiel a jouer. Ils travaillent sous mandat judiciaire et doivent assurer le contrôle des auteurs d’infractions qui, soit, sont libérés sous conditions, soit bénéficient d’une peine alternative ou encore d’un bracelet électronique. Leur bon fonctionnement est aussi garant de la sécurité de tous. Pourtant la Ministre de la Justice annonce une diminution des effectifs ! Ils ont manifesté la semaine dernière, espéraient rencontrer la Ministre mais comme dans d’autres dossiers, elle a choisit l’absentéisme, elle a choisi la chaise vide…

Les prisons font aussi partie de la chaine pénale et là aussi il faudra du courage pour y investir, même si ce n’est pas populaire. Une personne condamnée, sauf exception, ressortira un jour et il faut tout faire pour qu’elle ressorte en ayant un projet de réinsertion, sans quoi c’est la porte ouverte à la récidive. Là aussi les personnels sociaux se plaignent des coupes budgétaires.

Enfin, il faut de la prévention. Les gardiens de la paix sont aujourd’hui une réalité - il en faut plus- . Les projets de cohésion sociale doivent être pérennisés.
Aujourd’hui beaucoup de propositions concrètes sont sur la table, j’en retiendrai quelques essentielles comme l’élargissement des sanctions administratives à certaines types d’infractions et à toutes les incivilités (rapidité et efficacité de la réaction), et une réaction à toutes les incivilités tant en matière de propreté que de roulage ou stationnement par exemple. Mais aussi, l’engagement de policiers originaires de nos communes ou l’augmentation du cadre des magistrats bruxellois

Aujourd’hui le temps n’est plus au débat ou à la polémique mais bien à l’action.

Sécurité: les Bourgmestres PS présentent leurs priorités concrètes

Mardi 19 Juin 2012
Lu 877 fois