Karine Lalieux, de l'audace et des convictions

Un pas vers plus de justice pour les victimes d’abus sexuels au sein de l’Eglise en Suisse comme en Belgique



Un pas vers plus de justice pour les victimes d’abus sexuels au sein de l’Eglise en Suisse comme en Belgique
Un pas vers plus de justice pour les victimes d’abus sexuels au sein de l’Eglise en Suisse comme en Belgique

La Suisse vient de décider de mettre en place un système de réparation pour les victimes d'abus sexuels commis au sein de l'Eglise catholique suisse mais dont les faits sont prescrits. Je salue cette décision qui rejoint celle que nous avions prise au sein de la Commission spéciale créée en Belgique.

Il y a maintenant deux ans, j'ai réalisé une mission accompagnée de nos deux experts désignés par le Parlement belge en Suisse pour y rencontrer les autorités politiques ainsi que la société civile. Nous les avions convaincus à travailler sur un modèle similaire au nôtre. Je les remercie d'ailleurs nos experts de les avoir soutenu dans leurs démarches.

Rappelons qu’en Belgique, suite à son rapport accablant, la Commission spéciale relative au traitement d'abus sexuels et de faits de pédophilie dans une relation d'autorité instaurée en 2010, que je présidais, a proposé la mise sur pied d'un centre d’arbitrage permettant à l'Église d'assumer sa responsabilité morale et collective en indemnisant les victimes.
Ce centre a été créé en 2012 et a accueilli 628 victimes. Il clôture ses travaux cette année.

En Suisse, les victimes pourront adresser une demande de réparation auprès d'une commission spécialisée. La Commission d'écoute, de conciliation, d'arbitrage et de réparation (CECAR), organe neutre et indépendant des autorités de l'Eglise catholique, s'adresse, tout comme en Belgique en 2012, à des victimes mineures au moment des actes et dont les faits sont prescrits.

Je rejoins les mots prononcés à l’occasion : "La prescription n'efface pas la souffrance". La reconnaissance et la réparation financière, si elles ne guériront aucune victime des abus commis, permettent de rétablir néanmoins le droit de celle-ci à la justice et à la dignité.

Lundi 27 Juin 2016
Lu 687 fois