Karine Lalieux, de l'audace et des convictions

Vie affective et droits reproductifs: une sphère privée que l’Etat doit protéger



Vie affective et droits reproductifs: une sphère privée que l’Etat doit protéger
Vie affective et droits reproductifs: une sphère privée que l’Etat doit protéger

La recherche d’une société plus juste, c’est aussi vaincre les préjugés qui génèrent la discrimination, se battre pour que les avancées éthiques soient acceptées. Voici trois points parmi d’autres qui me tiennent à cœur dans ce domaine:

EDUCATION A LA VIE AFFECTIVE ET SEXUELLE

La lutte contre toute discrimination sexuelle commence dans l’éducation et les enseignements. Il faut donc inclure une dimension égalité dans l’éducation affective et sexuelle, et notamment égalité envers les homosexuels et les transgenres dans la formation initiale et continue des enseignants. Afin d’abolir les préjugés, il faut encourager l’usage de manuels scolaires neutres en termes de sexualité.

PARENTALITE

Il faut faciliter l’établissement de la filiation des couples de même sexe à l’égard de l’enfant issu de leur projet commun, en les assimilant aux couples hétérosexuels en présumant la filiation du coparent dans un couple marié et en permettant la reconnaissance de filiation du coparent dans les couples non mariés. Il s’agit que chacun soit reconnu dans son lien de parent qui le lie à l’enfant mais également que l’enfant ne souffre pas de la non-reconnaissance d’un de ses parents.

PROTEGER LE DROIT A L’AVORTEMENT

Le droit à l’avortement connaît des attaques virulentes des milieux conservateurs anti-avortement: l’accueil du rapport Estrela au niveau européen montre combien ces milieux peuvent encore nuire à la liberté reproductive de la femme. Il faut défendre à tout prix ce droit fondamental non seulement au niveau belge mais également au niveau européen et international. Dans le monde, comme je le défends à travers les Objectifs du Millénaire, les droits reproductifs et sexuels doivent être soutenus et protégés afin de lutter contre la mortalité maternelle mais également lutter contre l’imposition d’un modèle patriarcal aux femmes, contre la pauvreté et la mortalité infantiles qu’une reproduction non contrôlée augmente.

A travers ces différents points, je lutte pour la reconnaissance et le respect de l’égalité de tous, quel que soit son choix de vie, pour le droit au respect de la vie privée de chacun, pour la protection des droits de la femme.

Mercredi 7 Mai 2014
Lu 1219 fois